Home / Levekanpe News / Haïti – Politique : L’Organisation des Nations Unies rend hommage à Haïti
Haïti – Politique : L’Organisation des Nations Unies rend hommage à Haïti

Haïti – Politique : L’Organisation des Nations Unies rend hommage à Haïti

Lundi, l’Assemblée générale des Nations Unis a tenue une séance à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, dont le thème était cette année: « Victoire sur l’esclavage ; Haïti et au-delà ». L’Assemblée avait comme invitée spéciale Mme Michaëlle Jean, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, membre du projet « La route de l’esclave » (2014-2015). La célèbre chanteuse haïtienne Émeline Michel a clos la séance par deux chansons en créole et en français.

Denis Régis le Représentant d’Haïti à l’ONU, a estimé que l’hommage qui est rendu à Haïti en ce 210e anniversaire de son indépendance, s’adresse d’abord aux premiers résistants, « aux marrons de la liberté » qui, dès le XIXe siècle, ont signifié leur refus du système esclavagiste. Il s’étend ensuite à ceux qui reprirent le flambeau en 1791, dont le précurseur Toussaint Louverture, en passant par les héros anonymes d’une guerre de libération épique qui, pour la première fois dans l’histoire, culmina dans le triomphe d’une armée d’esclaves, ces « va-nu-pieds superbes », issus de la traite négrière. L’indépendance d’Haïti en 1804, a-t-il dit, a été un puissant élan initial. La Révolution haïtienne a contribué incontestablement à forger les concepts universels de l’humanité. L’apport d’Haïti à l’universalisation de la notion des droits de l’homme demeure à jamais gravé dans les annales de l’histoire, a affirmé le représentant qui a salué à sa juste valeur le mémorial « L’Arche du Retour » [conçu par un architecte américain d’origine haïtienne, Rodney Leon, sera inauguré à la fin de l’année, au Siège de l’ONU à New York

Dans son intervention Michäelle Jean paraphrasant le poète et politicien martiniquais, Aimé Césaire, a déclaré « un peuple qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir », ajoutant que le devoir de mémoire est un travail difficile, mais combien nécessaire. Qualifiant l’océan Atlantique de « vaste fosse commune », elle a souligné que nous ne serions pas là aujourd’hui si ce n’était la pensée des lumières, qui a émis trois idées fondamentales, à savoir l’idée d’autonomie et d’émancipation, l’idée de finalité humaine et l’idée d’universalité. « Des lumières, jailliront de ces mots: liberté, égalité, fraternité, et qui ont non seulement inspiré la révolution française, mais également fait basculer tout un monde. »

Sur ces idées, s’est enorgueillie Mme Jean, « mes ancêtres feront reculer l’impensable et ils vaincront l’impossible. Ainsi naquit Haïti en 1804 et debout devant l’histoire, les haïtiennes et les haïtiens ont ouvert et forcé la marche. Quatre ans plus tard, en 1807, le Parlement britannique adoptait un édit interdisant la traite des esclaves, 30 ans plus tard, l’Amérique achève sa libération, 56 ans plus tard, soit en 1863 et le Président Abraham Lincoln réclame l’abolition de l’esclavage dans les États esclavagistes sécessionnistes du sud. Viendra ensuite, le mouvement de décolonisation en Afrique et ailleurs au XXe siècle, puis le mouvement pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis et enfin la fin de l’apartheid en Afrique du Sud, suivie de l’élection de Nelson Mandela. »

Mme Jean a rappelé que lorsque le Président des États-Unis, M. Barack Obama, a été élu en novembre 2008, il a effectué son premier voyage hors de son pays au Canada (février 2009), et l’histoire a voulu que le premier Président noir des États-Unis soit accueilli par la première Gouverneure générale noire du Canada. Cette Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, a-t-elle conclu, vient rappeler à l’ensemble du monde qu’aujourd’hui, comme hier, la lutte pour la liberté, l’égalité et la fraternité, pour le respect des principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme demeurent essentielles.

Le représentant de Cuba a soulevé la question des excuses et des indemnisations aux personnes d’ascendance africaine, après les discours de la Guinée-Bissau, de Tonga, de la Bulgarie, du Chili et de la Nouvelle-Zélande, au nom de leur Groupe régional. Ils ont tous rendu hommage au rôle précurseur d’Haïti, invitant, à leur tour, la communauté internationale à se battre contre les formes modernes de l’esclavage.

HL/ HaïtiLibre

About Masner Beauplan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top