Home / Levekanpe News / Jovenel Moise n’est pas digne d’être le président haïtien. Il devrait démissionner – Opinion
Jovenel Moise n’est pas digne d’être le président haïtien. Il devrait démissionner – Opinion

Jovenel Moise n’est pas digne d’être le président haïtien. Il devrait démissionner – Opinion

Les Haïtiens ont appris dans un journal étranger, le Miami Herald du 12 juillet, que le président Jovenel Moise prévoyait de faire appel à l’Organisation des États américains (OEA) pour effectuer un audit des fonds PetroCaribe, l’aide pétrolière vénézuélienne destinée à améliorer la vie des pauvres.

C’est une proposition scandaleuse et honteuse pour deux raisons, en plus d’être pervers contre-intuitif.

Premièrement, une institution de l’État mandatée à cet effet, à savoir la Cour supérieure des comptes et le contentieux administratif, a déjà procédé à un audit. Le rapport de plus de 600 pages publié en juin indiquait que Moise, avant de devenir président, avait reçu des millions de dollars pour des projets très discutables dans le cadre d’un stratagème de détournement de fonds qui fraudait les citoyens haïtiens avec près de 4 milliards de dollars PetroCaribe. En 2017, Moise, alors président élu, a fait face à des allégations de blanchiment d’argent de la part de l’Unité centrale du renseignement financier (UCREF), une agence gouvernementale chargée d’enquêter sur les crimes financiers.

Bien que Moise nie toutes les accusations, il se moque des institutions de l’État en affirmant que le rapport d’audit est politique. Il a limogé le directeur de l’UCREF après son entrée en fonction. C’est une honte pour nous d’avoir un président qui accorde si peu d’attention aux institutions d’Haïti, aussi faibles soient-elles. En continuant de minimiser nos agences de responsabilisation, Moise manque non seulement de respect aux Haïtiens, mais s’éloigne également de nous. C’est pourquoi les organisations de la société civile, y compris les évêques catholiques, les associations de pasteurs protestants, les chefs d’entreprise et les groupes de citoyens lui ont demandé de démissionner.

Deuxièmement, en écrivant dans le Miami Herald, Moise, à sa manière tordue, a dit aux Haïtiens qu’il n’était pas notre président et a indiqué qu’il ne faisait confiance qu’aux institutions étrangères. Car s’il était notre président, le bon sens lui dirait de s’adresser directement à nous.

Malheureusement, par le passé, il a cyniquement utilisé le silence pour répondre à nos demandes, à savoir les manifestations anti-corruption rassemblant des millions de personnes le 18 octobre ou des tragédies nationales telles que le massacre du taudis de LaSaline. Ni Moise ni aucun de ses nombreux porte-parole et conseillers n’a compris qu’un message de sympathie était nécessaire; cette décence commune a dicté quelques paroles consolantes aux familles en deuil; qu’un niveau moral élevé devait être pris pour calmer la nation, ne serait-ce que pour l’optique.

Le mépris du président pour nous et nos institutions n’est égalé que par son incapacité à gouverner. Certes, Haïti est depuis longtemps une étude de cas sur la mauvaise gouvernance, l’instabilité politique et les inégalités sociales et économiques intolérables. La Banque mondiale estime que la moitié de sa population vit sous le seuil de pauvreté de moins de 2,41 dollars par jour et près du quart vit sous le seuil de pauvreté extrême de 1,23 dollar par jour.

Aujourd’hui, sous la présidence de Moise, il n’ya ni gouvernement, ni budget pour l’exercice 2018-2019, une inflation de 18% en mai, une dégradation du taux de croissance économique prévu de 2019 de 2,8% à 1,5%, plongeant inexorablement les Haïtiens dans une situation encore plus misérable. Les gangs armés ont pris le contrôle de quartiers entiers, renforçant notre sentiment d’impuissance. – La Suite sur MiamiHerald

About Radio Levekanpe

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top